Vers un concept de patrimoine commun du Vivant ?

Emilie GAILLARD, Maître de conférences HDR en droit privé à Sciences Po Rennes, coordinatrice générale de la Chaire Normandie pour la paix

Penser et mettre en œuvre un régime juridique à la mesure de nos responsabilités transgénérationnelles à l’égard du Vivant, c’est oser décloisonner notre approche éthique, politique et juridique du Vivant. Le concept de patrimoine commun de l’humanité a permis de diffuser de nouvelles logiques juridiques atypiques et utopiques, visant à décloisonner les imaginaires juridiques pour inscrire le droit international sous le sceau du transnational et du transtemporel. En prolongeant la pensée sur le terrain de la protection du Vivant à l’ère du transanimalisme, se pose aussi désormais la question de repenser nos rapports au Vivant dans son ensemble : qu’il soit non humain, qu’il soit donc animal, mais aussi végétal. Une lecture à travers le prisme de la cosmogonie des peuples autochtones est assurément prometteuse de nouvelles logiques juridiques qui pourraient bien jalonner la révolution biotechnologique.

Partager ce contenu :

244 videos linked to the post:

Asie
Good stories
Europe
Good stories
Afrique
Good stories