Retour sur la rencontre « Sanctuarisation des forêts »

Événement organisé par Émilie GAILLARD, Coordinatrice Générale de la Chaire d’Excellence Normandie pour la Paix (Région Normandie, CNRS, Université de Caen Normandie) en collaboration avec Nadia Tahir (ERLIS, Université de Caen Normandie) et Vassili Rivron (CERREV, Université de Caen Normandie). L’objectif a été de traiter les points suivants :

  • la forêt amazonienne objet de déforestation
  • la cosmogonie des peuples indigènes : quels rapports avec la forêt ?
  • quelles incidences sur l’approche anthropologique de la relation avec la Nature? 
  • quelles perspectives juridiques ouvertes ?

Au programme :

  • 16h30 – 18h30

Atelier avec des leaders indigènes de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature

  • Magdalene Setia Kaitei, du peuple Maasaï (Kenya), directrice exécutive de Emayian Integrated Development Organization.  
  • Mindahi Crescencio Bastida Muñoz, directeur du programme Original Caretakers du Center for Earth Ethics, coordonnateur général du conseil régional d’Otomi-Hñahñu (Mexique), gardien de la philosophie et des traditions du peuple Otomi.
  • Ivanice Pires Tanone, cacique du peuple indigène Kariri-Xocó, l’une des rares leaders féminines indigènes du Brésil
  • 20h00 – 22h00

Projection du film « TERRA LIBRE » – Débat avec des leaders indigènes/ Gardiens de Mère Nature

« TERRA LIBRE » – Un film de Gert-Peter Bruch (125 min. Prix du Public du Festival Atmosphères). La projection, organisée en collaboration avec le cinéma Lux,  a été suivie d’un débat avec Gert Peter Bruch et deux du trois leaders indigènes : Magdalene Setia K. et Mindahi Bastida. Un appel à l’éveil des consciences, avec les gardiens du monde vivant pour guides.

En présence de Gert-Peter Bruch, fondateur de Planète Amazone. Atelier animé par  Vassili Rivron (anthropologue, spécialiste du Brésil, CERREV, Université de Caen Normandie) et Nadia tahir (Maître de Conférences en Études hispano-américaines, ERLIS, Université de Caen Normandie).

Dans un premier temps, Mindahi Bastida a expliqué comment les territoires sacrés du centre du Mexique sont aujourd’hui désacralisées. Les territoires que les peuples autochtones sauvegardent collectivement pour préserver la vie sont maintenant en danger. Du point de vue de la cosmovision des peuples autochtones, la terre, l’eau et l’air sont considérés comme des éléments sacrés et non comme des ressources. C’est pourquoi ils plaident pour la reconnaissance juridique de leur action en faveur de la protection de la Terre, en demandant aux gouvernements démocratiques, comme celle de la République française, de signer la Convention n°169 sur les peuples indigènes et tribaux, pour montrer leur soutien international. En outre, il ouvre la réflexion sur le fait qu’au sein de cette crise climatique, les peuples autochtones ne peuvent pas faire ce labeur sans collaboration et qu’il est important de sensibiliser l’opinion à ces problèmes mondiaux qui nous affectent à tous. Il a cité : « Quel monde laissons-nous aux générations futures ? Et, quelles générations laissons-nous au monde ? »

D’autre part, Magdalene Setia a déclaré qu’il est temps de penser à « nous et aux générations futures », en étant nécessaire de s’adapter aux savoirs indigènes et de les intégrer aux approches scientifiques pour revenir à la nature. Elle a cité : « Nous appelons les gouvernements à soutenir la protection de la nature, des forêts, pour l’adoption de politiques qui protègent les générations présentes et futures ». Au Kenya, la forêt de Mau, qui nourrit les rivières, la vie et les populations, est en train d’être détruite. Selon Magdalene, le gouvernement s’est maintenant rendu compte que cela avait un impact direct sur la population et que la forêt Mau devait être protégée. Il est encore temps de poursuivre une action collective et d’encourager les jeunes à participer à ce processus. Magdalene Setia : « Tout le monde doit être impliqué dans la restauration de la forêt ».

Dans ce contexte, la Chaire Normandie pour la Paix cherche non seulement de faire entendre la voix des peuples autochtones à une grande échelle, mais aussi de renforcer l’idée qu’il est urgent de prendre davantage au sérieux la conservation de l’environnement aux niveaux local, national et international.

Atelier de recherche réalisé dans le cadre de la Chaire d’excellence Normandie pour la paix en partenariat avec l’Alliance des Gardiens de Mère Nature.

Cet évènement a permis de réunir des représentants de peuples Otomi et Massaï et a été l’occasion d’une très belle rencontre inter-culturelle à l’amphithéâtre de la MSRH. La projection en avant-première du Film réalisé par Gert Peter BRUCH a permis de comprendre la délicate situation des peuples autochtones au Brésil.

Partager ce contenu :

Dialogues intergénérationnels avec des représentants de peuples autochtones : Le droit au territoire du peuple Mbya Guarani
Peuples autochtones
Rencontre avec M. Tupa Nunes : Mbya Guarani, chaman et coordinateur de la commission Guarani Yvyrupa et Mme Delphine Fabbri-Lawson, curatrice, ...
Lire la suite
Dialogues intergénérationnels avec des représentants de peuples autochtones : Le droit au territoire du peuple Mbya Guarani
Peuples autochtones
Rencontre avec M. Tupa Nunes : Mbya Guarani, chaman et coordinateur de la commission Guarani Yvyrupa et Mme Delphine Fabbri-Lawson, curatrice, ...
Lire la suite
Dialogues intergénérationnels avec des représentants de peuples autochtones
Peuples autochtones
Avec :Tupa Nunes : cacique et shaman guarani MbyaDelphine Fabbri Lawson : artiste- curator / ingénieur de recherche Mot de bienvenue : Emilie ...
Lire la suite
Faire la paix avec la nature : la consolidation de la paix environnementale pour le développement durable
Peuples autochtones
Rejoignez-nous pour un événement d'une demi-journée sur la consolidation de la paix environnementale : En 2022, la communauté mondiale marquera ...
Lire la suite
Dialogues intergénérationnels avec des représentants de peuples autochtones
Peuples autochtones
Avec :Tupa Nunes : cacique et shaman guarani MbyaDelphine Fabbri Lawson : artiste- curator / ingénieur de recherche Mot de bienvenue : Emilie ...
Lire la suite
21e session de l’Instance permanente sur les questions autochtones 2022 - Laurie FARTARIA
Peuples autochtones
Laurie FARTARIA, Doctorante Chaire d’excellence CNRS Normandie pour la paix (dir. E. Gaillard) et membre du CUREJ (dir. S. ...
Lire la suite
21e session de l’Instance permanente sur les questions autochtones 2022 - Laurie FARTARIA
Peuples autochtones
Laurie FARTARIA, Doctorante Chaire d’excellence CNRS Normandie pour la paix (dir. E. Gaillard) et membre du CUREJ (dir. S. ...
Lire la suite
21e session de l’Instance permanente sur les questions autochtones 2022 - Laurie FARTARIA
Peuples autochtones
Laurie FARTARIA, Doctorante Chaire d’excellence CNRS Normandie pour la paix (dir. E. Gaillard) et membre du CUREJ (dir. S. ...
Lire la suite