La Chaire Normandie pour la Paix

7 contenus

Dès 2016, la Région Normandie a affirmé son ambition d’une action internationale en faveur des valeurs de paix, de liberté, de droits de l’Homme et de démocratie. Cette ambition prend racine dans son histoire et dans son lien à l’histoire du monde, puisque c’est sur ses plages que commença la libération de l’Europe en 1944. De nombreux autres moments moins dramatiques de son histoire ont trait à ces valeurs, contribuant souvent au patrimoine culturel international humaniste. La région a ainsi marqué l’histoire mondiale de la paix grâce à ses Normands influents tels que Bernardin de Saint Pierre et son traité de paix perpétuelle, Aristide Briand le « pèlerin de la paix » ou Mendès France le « décolonisateur ».

La Région entend donc continuer à apporter sa contribution à cette construction. C’est le sens du Forum mondial Normandie pour la Paix, préfiguré en 2017 par les « Journées Normandie pour la Paix » et dont la 1ère édition internationale a eu lieu les 7 et 8 juin 2018. S’appuyant sur la symbolique du 6 juin, jour de commémoration du Débarquement en 1944, ce Forum est un événement annuel et d’envergure internationale.

Dans ce contexte, la Région voulait que le monde universitaire international en coopération avec les universitaires de Normandie puisse participer à cette construction. La proposition  a été faite de créer une chaire d’excellence pour la paix, ouverte, souple, à la fois académique et innovante, internationale et  incluant notamment la dimension économique et sociétale. 

Interlocuteurs privilégiés de la Région, la COMUE Normandie Université et le CNRS participent chacun dans leur politique à cette initiative. Le CNRS travaille à l’excellence scientifique et au rayonnement international de la recherche française. Il travaille aussi à l’ouverture vers l’international du dispositif de recherche français.

Antoine Petit, Président du CNRS et Hervé Morin, Président de la Région Normandie ont décidé d’intégrer la  Chaire d’excellence pour la paix dans leur collaboration. Le CNRS s’est particulièrement investi dans la création de cette Chaire pour lui donner une grande ampleur scientifique de dimension internationale.

Le CNRS travaille à l’excellence scientifique et au rayonnement international de la recherche française. Il travaille aussi à l’ouverture vers l’international du dispositif de recherche français et à sa diffusion dans la société. Le CNRS, outre son intervention forte sur des axes structurants de l’ESR national et régional a décidé de travailler avec les régions à susciter des dynamiques nouvelles sur des thématiques innovantes et des questions sociétales fortes. Il a par ailleurs décidé de mieux faire valoir toute la capacité de recherche française dans des actions de diplomatie scientifique. C’est dans ce contexte et dans ce cadre que la Présidence du CNRS s’est emparée du sujet de la Chaire d’excellence pour la Paix.

Antoine Petit, Président du CNRS et Hervé Morin, Président de la Région Normandie ont décidé d’intégrer la chaire d’excellence pour la paix dans leur collaboration. Le CNRS s’est particulièrement investi dans la création de cette chaire pour lui donner une grande ampleur scientifique de dimension internationale.

La Chaire est conçue pour être en parfaite synergie avec le Forum et l’agenda annuel Normandie pour la Paix, elle se définit aussi au regard de la singularité du Forum et alimente :

  • sa liberté de ton dans la mesure où il ne s’agit pas d’un sommet institutionnel
  • sa capacité :
    • d’accueillir de réels débats
    • de mettre en dialogue des points de vue opposés
    • de créer du contradictoire. 

Pour exemple, l’atelier de médiateurs internationaux organisé à huis clos pendant le Forum 2018 a esquissé les contours de ce que pourrait être le rôle de la Normandie en matière de médiation et négociations internationales : apparaître comme un laboratoire d’expérimentation entre cas pratiques et recherche académique sur la résolution des conflits et l’avènement d’une paix durable.

Il convient désormais de monter en puissance et de démontrer que la Normandie est un lieu pour bâtir des solutions, amorcer la résolution de crises, en capacité de créer les conditions d’accueil pour des parties qui ne peuvent pas dialoguer aujourd’hui.

Le travail engagé en ce sens sera poursuivi, avec l’organisation d’un cycle d’ateliers sur :

  • les modèles de négociation
  • la comparaison de processus pour capitaliser sur les réussites/échecs : Colombie, Darfour…
  • la création de débats en présence d’interlocuteurs qui ne sont habituellement pas présents dans ce type d’événement (par exemple, des membres de peuples autochtones).

Autant de sujets sur lesquels seront engagés les acteurs de la Chaire d’excellence Normandie pour la Paix. 

Pour la Région Normandie, la COMUE et le CNRS, la priorité est de produire du contenu de haut niveau réflexif pour contribuer au débat international, de susciter une démarche innovante et interdisciplinaire.

Il serait donc attendu que les travaux de la Chaire soient en lien direct avec la recherche sur les conflits actuels et s’interrogent quant aux actions à mettre en œuvre face aux défis contemporains. La diffusion et la communication internationales du Forum mondial mettra la lumière sur les recherches et publications des chercheurs associés. 

La Chaire d’excellence Normandie pour la Paix dispose de douze lignes de recherches, qui sont les suivantes : 

  • Processus de mutation des droits fondamentaux et des systèmes juridiques
  • Good Stories
  • Justice Climatique
  • Peuples Autochtones
  • Education aux droits et devoirs des générations futures
  • Ethique environnementale
  • Bioéthique/ biodroits
  • Justice transitionnelle
  • Indicateurs juridiques
  • Economie
  • Représentation et défense des générations futures
  • Boussole des possibles

De trois thématiques initialement possibles, le travail entre les services de la Région (international et recherche) CNRS et MRSH) a fait émerger un choix, s’appuyant déjà sur des actions à rayonnement international dans le cadre du Forum pour la Paix et dans le dispositif de recherche interdisciplinaire de la MRSH : Paix, environnement et droit des générations futures.

Paix, environnement et droit générations futures

La figure des générations futures, inscrite au cœur du concept de développement durable, permet de réaliser une révolution copernicienne et d’ouvrir les catégories juridiques à la protection de l’avenir. 

L’univers juridique ne tourne plus seulement autour des relations immédiates entre les hommes actuellement vivants entre eux mais s’étend désormais à la protection de l’environnement, de la condition humaine, de l’humanité ou encore de la Nature. 

Cette extension qualitative est également une extension temporelle : il est devenu de l’office du droit, dans la continuité de l’ensemble des sciences saisies par le paradigme écologique, de questionner et de protéger l’avenir de l’avenir. 

De nombreuses avancées judiciaires convergent pour affermir le droit des générations futures. Nous entamons une nouvelle étape d’évolution de mise en effectivité de ce droit d’un nouveau type. Il importe dès lors, non seulement de l’étudier sur le plan académique que de l’accompagner en étroite collaboration avec le monde judiciaire (juges et avocats) et en interface avec la société civile.

Cette thématique s’inscrit dans une activité déjà amorcée au Forum pour la Paix de 2017 intitulée Agir en justice au nom des générations futures et les Moot Courts Tony Oposa auxquels les étudiants normands ont déjà été associés à plusieurs reprises.

Il est attendu de la personnalité scientifique à la tête de la Chaire qu’elle apporte sa vision, partage avec ses interlocuteurs universitaires en Normandie, imagine avec eux et ses réseaux des modalités de constructions de réflexion et de formation de jeunes chercheurs et étudiants, ainsi que de diffusion de ces réflexions auprès de larges publics.

La chaire pour la Paix a été conçue selon un dispositif innovant : une chaire-dispositif et pas seulement une chaire individuelle. La chaire-dispositif a pour avantage d’offrir un assemblage robuste engageant plusieurs scientifiques, associant des compétences complémentaires et s’affranchissant des risques inhérents à une personne isolée. Une chaire dispositif est constituée du titulaire de la chaire qui conçoit, impulse et pilote l’ensemble, d’un collège de seniors reconnus au niveau international apportant leur contribution ainsi que d’un collège de juniors I, en pleine carrière scientifique. L’ensemble développe des activités de recherche et de formation innovantes et complémentaires avec une intensité et une visibilité qui dépassent évidemment ce qu’une personne seule pourrait accomplir.

Cela suppose un leader reconnu, capable d’agréger des pairs de haut niveau acceptant de travailler avec lui, une institution porteuse aguerrie dans des dispositifs de recherche d’ampleur et innovants. Ces ingrédients sont réunis dans le cas d’espèce. C’est dans cette logique de chaire dispositif robuste et innovant qu’est bâtie la chaire Pour la Paix CNRS Région Normandie.

Une Chaire de recherche est destinée à un chercheur renommé de stature internationale. Elle peut avoir deux modalités : l’une pour un chercheur senior, l’autre pour un chercheur junior. Il a été retenu pour la Chaire pour la Paix qu’un chercheur senior d’une renommée internationale constituait la meilleure modalité.

Une telle Chaire se construit dans la durée. Il est attendu qu’elle soit transversale,  pluridisciplinaire, qu’elle instaure un programme permanent créatif et renforce le dispositif de recherche régional sur le sujet choisi à l’étude.

C’est la MRSH CNRS Université de Caen, dispositif expérimenté de réflexion pluridisciplinaire et de diffusion aussi bien à l’internationale qu’auprès de la société civile dans la région, qui porte la Chaire. En plus de l’accueillir, elle se met aussi au service de son déploiement et de son développement.

Elle organisera le dispositif chaire pour le compte du CNRS, de l’Université de Caen et de la Comue. Garante de la qualité scientifique du travail accompli, elle associe en Normandie des partenaires et travaille à créer une dynamique régionale.

La chaire est octroyée pour une durée de trois  ans. Elle nécessite une attention sur toute cette durée.